• Le SERCE signe une convention cadre avec le Ministère de l`Education nationale et 5 nouveaux accords de partenariat avec des Ecoles
  • Le 10 février 2010, à l`occasion du Salon professionnel ELEC INTERCLIMA (Paris, Porte de Versailles), le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (SERCE) signera une convention cadre avec le Ministère de l`Education nationale ainsi que 5 nouvelles conventions de partenariat avec :

    - l`EPMI de Cergy pontoise,
    l`IUT Toulon-Var
    - l`UFR de physique de l`Université de Lille 1
    - deux lycées professionnels : le lycée Alexandre Bérard d`Ambérieu et le lycée du Rempart de Marseille
     
    Il accueillera également ces écoles sur son stand (HAll 7.2 , n° N67) durant la durée du salon, du 9 au 12 février 2010  ainsi que la Plateforme technologique de Fécamp (spécialisée en énergies renouvelables) et le lycée Maximilien Perret de Maison-Alfort (génie climatique + énergies renouvelables).
    Des représentants d`entreprises de génie électrique et climatique seront également présents à leurs côtés pour répondre à vos questions.
     
    Pour tout renseignement, contactez le SERCE : 01 47 20 42 30
  • Une école d`ingénieurs en énergies renouvelables
  • En septembre 2009, l’Université de Perpignan ouvrira la première Ecole d’ingénieurs en énergies renouvelables rattachée à l’Ecole Polytechnique universitaire de Montpellier en partenariat avec deux laboratoires perpignanais qui assureront le lien entre le monde de l’entreprise et celui de l’université. Formés en 3 ans les ingénieurs seront amenés à étudier l’ensemble des énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, géothermie) ainsi que l’éco construction et les économies d’énergie. www.la-clau.net - 27/04/2009

     

  • Conséquences de la crise sur le secteur énergétique
  • Le Conseil Français de l’Energie a mené auprès des principaux acteurs du secteur énergétique une étude sur les conséquences de la crise économique sur le secteur énergétique. Malgré les plans de relance, les acteurs du secteur ne s’estiment pas à l’abri et envisagent tous un « retour à des sentiers de croissance à moyen terme ; à court terme, seule la croissance des investissements environnementaux semble préservée», le moyen terme étant estimé à deux ans. Unanimement l’ensemble des acteurs estime que la première des  opportunités réside dans l’efficacité énergétique, l’établissement d’une valeur carbone, des prix de l’électricité plus transparents et un accroissement de la R&D pour partie des priorités environnementales. Par filière, ce sont les énergies renouvelables qui semblent avoir à court terme le plus d’atouts, le nucléaire au delà de deux ans devant également bénéficier d’importants développements.

    www.wec-france.org - L’Usine Nouvelle – 9/04/09 – Energie Plus – 15/04/08
  • Convention de partenariat SERCE / Ecoles
  • En 2008, plusieurs initiatives régionales du Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (SERCE) ont débouché sur la signature de conventions de partenariat avec notamment :

     - l’ENSAM ParisTech pour favoriser la création d’un Master Spécialisé dans le « Management des Services Multi-Techniques »  dont la première promotion devrait sortir en juin 2009. Des experts de notre profession font partie du corps professoral de ce Master de haut niveau.
     
    - Huit lycées professionnels pour le niveau Bac Pro et BTS dont deux dans le domaine des Energies Renouvelables (LP Maximilien Perret d’Alfortville, LP Descartes & Maupassant à Fécamp) et deux liées à la formation spécifique des monteurs réseaux (LP Clément Ader à Samatan et LP Raoul Mortier à Montmorillon).
     
     
     
    Etablissements partenaires du SERCE

    Etablissements partenaires du SERCE

  • Premier rapport du Médiateur de l`énergie
  • Le premier rapport d’activité du médiateur national de l’énergie, instance créée à l’automne 2007, fait apparaître de nombreux dysfonctionnements. Depuis début 2009, 1185 réclamations de clients en litige avec un fournisseur de gaz ou d’électricité lui sont parvenues, soit une augmentation de 170 % en comparaison avec 2008 (1358 saisines). Les conflits concernent principalement les opérateurs historiques : 51 % relèvent de GDF Suez, 36 % d’ EDF, 6 % de Direct Energie, 3 % de Poweo. Pour les deux tiers il s’agit de problèmes liés à la facturation (consommation surévaluée, retards de remboursement de trop-payés), puis des réclamations liées au compteur (dysfonctionnements, fraudes…) ou dues à des pratiques commerciales jugées agressives.

    Fig. Eco. – Les Echos – La Tribune – 29/04/09

Consulter l'ensemble des actus